Accueil du site > Le laboratoire > Axes de Recherche > Axe 1 - Mondialisation, finance et inégalités (MFI)

Axe 1 - Mondialisation, finance et inégalités (MFI)

Animé par Dany Lang

Cet axe fédère les programmes de recherche du CEPN portant sur la dynamique de la mondialisation et du capitalisme contemporain. Les sujets centraux de cet axe transversal sont le développement, le capitalisme financier, les inégalités socioéconomiques et identitaires. L’une des hypothèses communes à la plupart des recherches menées dans l’axe transversal « Mondialisation, finance et Inégalités » (MFI) est que le développement – dans ses dimensions économique, sociale et environnementale – est largement conditionné par le régime de croissance financiarisé et mondialisé de la période contemporaine.

Il s’agit de s’interroger sur l’impact de l’intégration internationale, sur les trajectoires des pays et, en leur sein, sur la distribution des revenus et les inégalités socioéconomiques. Inversement, on étudie comment les inégalités socioéconomiques et les inégalités fondées sur l’identité des individus (culturelle, de genre, sociale…) modifient les régimes de croissance nationale en créant des discriminations d’accès à l’éducation et à l’emploi qui influencent les revenus.

La financiarisation de l’économie s’est caractérisée par une forte instabilité, illustrée par la récurrence des crises dans les pays avancés. Nous cherchons à expliquer cette instabilité sur un plan microéconomique en étudiant les principaux acteurs financiers (banques, fonds d’investissement) et sur le plan macroéconomique par une étude des principaux déséquilibres engendrés par ce régime de croissance. Enfin, nous menons une réflexion sur les politiques de régulation du système bancaire et financier et notamment sur le rôle des banques centrales. Ces questions sont analysées de manière complémentaire en mobilisant les théories post-keynésienne, marxiste, régulationniste et institutionnaliste concernant le rôle du système financier et bancaire dans une « économie monétaire de production », la dépendance au sentier et la modélisation dynamique des équilibres mouvants, la modélisation post-kaléckienne des problèmes de croissance-répartition, les problèmes de croissance de long-terme en économie ouverte.
Les recherches menées dans l’axe transversal « Mondialisation, finance, Inégalités » (MFI) ont donc quatre caractéristiques structurantes :

  • les recherches sont fondées sur des cadres théoriques institutionnalistes, régulationniste et post-keynésiennes ;
  • la plupart des recherches se situent dans un cadre d’économie internationale ;
  • les travaux ont une démarche d’économie appliquée et développent une modélisation macroéconomique originale ;
  • l’un des objectifs des recherches est de contribuer à définir de nouvelles formes de régulation et des recommandations pour les politiques publiques.


Programmes de travail associés : EMOI, DEFI et MIAP.