SORTIES 2013 

Poche-Les-guerres-sans-fin
Les guerres sans fin.
Un historien,
la France et l’Algérie

Réédition en livre
de poche,
octobre 2013.


Camus-brulant

Camus brûlant,
par Benjamin Stora
Jean-Baptiste Péretié
 


histoire-des-relations-entre-juifs-musulmans

Histoire des relations
entre juifs
et musulmans
des origines
à nos jours.

SORTIES 2012

Benjamin_stora_Voyages-en-postcolonies 

Voyages en
postcolonies
Viêt Nam, Algérie,
Maroc

GA-Explique--tous-couv_guerre_algerie

La Guerre d'Algérie
expliquée à tous


histoire-de-lalgerie-stora

Histoire de l’Algérie
XIXe - XXe siècle

Éditions
La Découverte,
coffret 3 volumes

SORTIES 2011

Couv-Jap-Edit-Alg

 

Italie-guerre-dAlgrie
La guerra d'Algeria


rg-contre-fln
La guerre de l'ombre :
RG contre FLN


CouvDenoel02
La guerre d'Algérie
vue par les algériens.
Des origines à
la bataille d'Alger.

 

Couv-Le89Arabe
Le « 89 » arabe,
Réflexions sur les
révolutions en cours.
Dialogue
avec Edwy Plenel.


BiblioAlgerie
Bibliographie
de l’Algérie
indépendante
(1962-2010)


Couv-Mitterrand-et-la-guerre-dAlgerie-couv-bande

François Mitterrand
et la guerre d’Algérie


stora_Algerie_1954-1962

Algérie 1954-1962.
Lettres, carnets et
récits des Français
et des Algériens
dans la guerre

Grand Prix des
lectrices"ELLE"

Entretiens

"Juifs et musulmans ont une histoire culturelle riche et commune". Entretien avec Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora. Republié le 08/12/2014 in Le Monde des Religions.

medded-et-stora 440x260En hommage à Abdelwahab Meddeb, récemment disparu, nous republions en accès libre cette interview – avec également Benjamin Stora – présentée l'année dernière, dans le numéro du Monde des Religions de novembre-décembre 2013.

Mettre un terme à une « lacune dans l’historiographie internationale ». Voilà l’ambition de cette Histoire des relations entre juifs et musulmans, vaste synthèse « des origines à nos jours », qui paraît chez Albin Michel. « En définitive, qu’avions-nous en commun, juifs et musulmans ? Les langues (l’arabe et le français), une temporalité scandée par le rythme liturgique, des parentés musicales, des traditions culinaires (…). » Déjà toute une histoire, introduite par les souvenirs d’enfance de Benjamin Stora, co-directeur du livre, qui a grandi à Constantine, parmi les juifs d’Algérie. Professeur à l’université Paris-XIII et à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), spécialiste de l’histoire du Maghreb, il a travaillé sur le nationalisme algérien. Des recherches où se croisent déjà deux confessions, deux traditions qui apparaissent aujourd’hui séparées et irréconciliables. Abdelwahab Meddeb, autre co-directeur de cette somme, professeur de littérature comparée à l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, a grandi à Tunis, près de la Grande Mosquée de la Zitouna, dans une famille d’oulémas (théologiens musulmans). Il interroge dans ses romans la judéité, qu’il considère comme une « altérité intérieure ».

Lire la suite...

 

Entretien paru dans Le Quotidien d’Oran. 06/07/2013

Richesse et pluralité du mouvement national.

Auteur d’une trentaine d’ouvrages sur l’histoire de l’Algérie et du nationalisme algérien, biographe de Messali Hadj et de Ferhat Abbas, Benjamin Stora explore depuis plus de trente ans le nationalisme algérien en en disséquant les continuités et les ruptures, les réalisations et les drames. En exclusivité pour Le Quotidien d’Oran, il met en lumière les cheminements longs, complexes et sinueux qui aboutiront au FLN.

Entretien avec Benjamin Stora

Omar Merzoug : Comment, selon vous, caractériser le nationalisme algérien d’avant 1954 ? Et subsidiairement devait-il recourir aux armes ?

Lire la suite...

 

Entretien entre Michael Haneke et Benjamin Stora in l’hebdomadaire La Vie, 4 octobre 2005, à propos du film "Caché".

cache-michael_hanekePrix de la mise en scène au Festival de Cannes de 2005, Caché, est un saisissant thriller psychologique. Mais aussi une œuvre qui nous invite à revisiter notre passé. En particulier la guerre d’Algérie. Le jury du Festival de Cannes 2009 lui attribue la Palme d’Or pour Le Ruban blanc, son premier film en costumes et en noir et blanc qui narre le basculement d'une société villageoise allemande dans l'obscurantisme à l'aube de la première guerre mondiale. Le jury du Festival de Cannes 2012 lui remet une seconde Palme d'or pour Amour, avec Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva.

Lire la suite...

   

Benjamin Stora : Mémoire, fracture et reconstruction. Par Jacques Salomon in L'Arche | 23/06/2011 |

Né à Constantine, auteur de nombreux ouvrages, dont Les trois exils juifs d’Algérie, l’historien évoque ses souvenirs de famille, son analyse de la période, et répond aux questions de l’Arche.

lArche-mai-2012_l’Arche : Vous êtes spécialiste de l’histoire du Maghreb, vous avez consacré une vingtaine d’ouvrages à l’Algérie. On s’aperçoit, en commémorant le 50e anniversaire de la guerre d’Algérie, que les passions ne se sont pas encore tues. Peut-on faire œuvre d’historien comme vous le faites, dans ces conditions-là ?

Benjamin Stora : C’est très difficile. Cette question nous fait entrer directement dans le vif du sujet puisque, 50 ans après l’indépendance de l’Algérie, les accords d’Évian, le départ des Européens, les passions, les souffrances, les mémoires restent toujours aussi vives. Blessées, difficiles, séparées, parallèles, contradictoires, parce que tout le monde garde en tête des visions différentes de cette histoire. Des visions qui sont celles pour les uns d’un abandon, d’une trahison, d’un chagrin, et pour les autres, au contraire, quelque chose de tout à fait inévitable, de logique, de nécessaire. C’est la question de l’indépendance au terme d’une guerre qui a été très cruelle. Et ces deux visions-là n’arrivent pas véritablement à se concilier ou à se réconcilier 50 ans après.

Lire la suite...

 

Benjamin Stora : "Guerre d'Algérie, la déchirure" in "La Provence.com". 29 mars 2012

Spécialiste de la Guerre d'Algérie, l'historien participe samedi au colloque organisé ce week-end à Marseille par "Marianne".
Ayant tout perdu, les Pieds-Noirs, dont la plupart sont de condition modeste, seront souvent accueillis comme des pestiférés à Marseille.

Avec le recul d'un demi-siècle, la Guerre d'Algérie était-elle inévitable ?

"Je pense qu'il est difficile de répondre à cette question. Il y avait un tel blocage, tellement de réformes étaient inabouties, des revendications étaient tellement confrontées à des refus, que cette guerre paraît inévitable... Alors que dix ans auparavant, il y avait eu les massacres de Sétif, la situation n'avait pas changé fondamentalement en Algérie. À cela s'ajoute le contexte général qui est celui de la décolonisation, qui avait déjà démarré au Maroc, en Tunisie et bien sûr en Indochine. Il y a donc des enjeux nationaux et internationaux, des mouvements qui font que globalement, je vois mal comment l'Algérie aurait pu éviter la guerre...

Lire la suite...

   

Benjamin Stora à “Liberté” : “Le discours de Messali du 2 août 1936 est un marqueur du mouvement nationaliste” In "Liberté" 19 septembre 2011.

“Le discours de Messali Hadj du 2 août 1936, prononcé au stade municipal d’Alger, peut être considéré comme étant un marqueur dans l’histoire du nationalisme algérien”, a déclaré à Liberté l’historien et chercheur Benjamin Stora, l’un des plus importants spécialistes français de l’histoire de l’Algérie contemporaine, auteur de nombreux ouvrages consacrés au mouvement nationaliste algérien.

Présent à Tlemcen où il a participé au colloque international sur Messali Hadj intitulé “Cette terre n’est pas à vendre”, Benjamin Stora, répondant à une question sur le retentissement de ce discours, a ajouté : “pour au moins deux raisons, il a été un marqueur : il y a d’abord le fait que le nationalisme indépendantiste radical était né dans les milieux de l’émigration ouvrière en France avec l’étoile nord-africaine. Le 2 août 1936, le centre de gravité du nationalisme algérien radical se déplace de la métropole coloniale vers l’Algérie, c'est-à-dire vers le territoire d’origine, c’est un déplacement extrêmement important.

Lire la suite...

 

Benjamin Stora. Historien : « C’est une leçon de tolérance et d’humanisme » in El Watan, septembre 2011

Propos recueillis par Nadjia Bouzeghrane pour El Watan.com

Nadjia Bouzeghrane : Alors que l’immigration maghrébine est appréhendée sous un angle restrictif et négatif, Les hommes libres, le film d’Ismaël Ferroukhi, auquel vous avez collaboré, montre un aspect méconnu  de l’immigration algérienne pendant l’entre-deux guerres et durant la Seconde Guerre mondiale, celui de sa participation à la résistance à l’occupation nazie. Comment expliquez-vous que ce volet de l’histoire de l’immigration algérienne soit peu connu ou occulté ?

benjamin-storaBenjamin STORA : Les immigrés algériens en France étaient environ près de cent mille, au moment où éclate la Seconde Guerre mondiale. Certains vont fuir après la débâcle de mai 1940, mais beaucoup resteront sur place, pris au piège. Quelques milliers seront ensuite envoyés pour construire le «Mur de l’Atlantique».

Lire la suite...

   

Les immigrés algériens en France, une histoire politique. Un livre de Benjamin Stora in Le Soir d’Algérie, septembre 2010

Histoire politique de l’immigration algérienne, entretien avec Benjamin Stora

Propos recueillis par Meriem Nour

Les éditions Hachette Littérature ont réédité, en août 2009, sous le titre : Les immigrés algériens en France. Une histoire politique, l’ouvrage de Benjamin Stora paru en 1992 chez Fayard, Ils venaient d’Algérie [1], version condensée d’une thèse de doctorat d’Etat, soutenue par l’auteur en 1991, sous la direction de Charles Robert Ageron. Benjamin Stora est professeur des universités à Paris XIII et à l’Inalco. Il a publié une trentaine d’ouvrages qui portent principalement sur l’histoire du nationalisme algérien, l’immigration et la guerre d’indépendance. Ses deux ouvrages récemment publiés en 2009 sont : Le Mystère de Gaulle, son projet pour l’Algérie (Ed Robert Laffont), et Les Immigrés algériens en France, une histoire politique (1912-1962). 

 

Lire la suite...

 

Le "89" arabe, Réflexions sur les révolutions en cours. Dialogue avec Edwy Plenel in Jeune Afrique (juin 2011)

L'historien et spécialiste du Maghreb publie un livre d'entretien autour du « printemps arabe ». Un bouleversement radical qu'il juge irréversible et qui traduit la volonté des citoyens de prendre enfin en main leur propre destin.
Propos recueillis par Renaud de Rochebrune pour Jeune Afrique (juin 2011).

Benjamin Stora 2011Qui ne connaît son nom ? Professeur d'histoire du Maghreb contemporain à l'université Paris-XIII, auteur d'une trentaine d'ouvrages, Benjamin Stora fait autorité depuis un bon tiers de siècle dès qu'il est question de l'Algérie, pays auquel il a consacré ses premières recherches. Mais il est aussi depuis fort longtemps un spécialiste de l'immigration en France et surtout l'un des observateurs les plus aigus des évolutions du monde arabe. Il ne pouvait donc qu'être particulièrement attentif aux révolutions et aux révoltes qui ont eu lieu, qui sont en cours ou qui couvent au Maghreb et au Moyen-Orient.

Lire la suite...

   

L'exigence de liberté dans le monde arabe Interview in 20 minutes, 04/02/2011.

05 Février 2011 Par Benjamin Stora - Interview in 20 minutes,  4 février 2011.

Ils n’en sont pas au même point, ils n’ont pas le même système politique, ni la même histoire, mais plusieurs pays du monde arabe sont actuellement en proie à des troubles. Après la Tunisie, l’Egypte est en pleine insurrection, les Yéménites sont dans la rue, l’Algérie connaît des grèves à répétition et une manifestation est prévue le 20 février au Maroc… Le monde arabe  est-il en train de faire sa révolution? Réponse avec  Benjamin Stora, professeur des universités, spécialiste du Maghreb et auteur de Bibliographie de l’Algérie indépendante 1962-2010 (Editions du CNRS 2011).

Le monde arabe compte 22 Etats très différents, qui vont de la Mauritanie à l’Oman, qu’est-ce qui les rassemble ?
La langue - l’arabe - la religion musulmane, dominante dans une majorité de ces pays, et dans l’histoire récente, le nationalisme arabe issu des combats contre la colonisation (française pour l’Algérie, le Maroc et la Tunsie, anglaise pour l’Egypte, italienne pour la Libye…). Tout cela a forgé une histoire, un imaginaire, une sensibilité identiques.

Lire la suite...

 

La Fabrique de l’Histoire / Histoire de la guerre d’Algérie Transcription, par Taos Aït Si Slimane, de l’émission de France Culture, "La Fabrique de l’Histoire" 15/12/2010

Transcription, par Taos Aït Si Slimane, de l’émission de France Culture, « La Fabrique de l’Histoire », par Emmanuel Laurentin, du mercredi 15 décembre 2010, qui avait pour thème, « Histoire de la guerre d’Algérie » / « Archives autour du Cinéma et la guerre d’Algérie »

Présentation sur le site de l’émission : Pour cette troisième émission de la semaine, nous écoutons de nombreuses archives tirées de films documentaires, d’actualité ou de fiction traitant de la guerre d’Algérie. Car, contrairement à une idée reçue, ce conflit a produit un grand nombre d’images, après le conflit mais aussi pendant.

Lire la suite...

   

France-Algérie : la guerre des mémoires in la revue l'Histoire sept 2010

Deux événements récents, la création de la “Fondation de la mémoire de la guerre d’Algérie” et l’abandon – provisoire ? – du projet de loi algérien de “criminalisation du colonialisme français”, ainsi que la sortie de deux films, Hors-la-loi de Rachid Bouchareb, et Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois, montrent, par les réactions qu’ils ont suscitées, que la mémoire de la guerre d’Algérie est devenue un enjeu politique important.

Nous reprenons ci-dessous, un entretien donné par Benjamin Stora [1] au magazine L’Histoire, où l’historien évoque la réactivation des mémoires auquel on assiste depuis quelques années des deux côtés de la Méditerranée. Il fait le point sur les enjeux des “conflits mémoriaux” qui se développent non seulement entre la France et l’Algérie, mais également à l’intérieur de chacun de ces deux pays.

Lire la suite...

 

«Des victimes françaises de l’histoire algérienne» - Par Didier PÉRON in Libération 25/09/2010

Interview LIBERATION samedi  25 septembre 2010

Benjamin Stora (1), spécialiste de l’Algérie contemporaine, a été très sollicité au sujet du Hors-la-loi, de Rachid Bouchareb, dont il souligne les multiples erreurs. Nous l’avons interrogé sur le plan élargi d’un débat post-colonial avec le film de Xavier Beauvois sur les moines sacrifiés en Algérie, Des hommes et des dieux, qui, lui, n’a soulevé aucune discussion.

Lire la suite...

   

La Guerre d’Algérie in Les lundis de l’histoire par Michelle Perrot, décembre 2008

En texte intégral, une transcription de Taos Aït Si Slimane.

A propos de : « Les guerres sans fin. Les historiens, la France et la guerre d’Algérie », Paris, Stock, 2008, de Benjamin Stora et « La France en guerre 1954-1962. Expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne », Paris, Autrement, 2008, sous la direction de Sylvie Thénault (avec Raphaëlle Branche).

Lire la suite...

 

Rencontre avec Benjamin Stora. Entretien réalisé par Anne Mathieu & Anne Renoult, in la revue ADEN - Juin 2009

Anne Mathieu – Lorsqu’on lit certains textes anticolonialistes des années 30, comme par exemple la brochure de 1936 du Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes1, ce qui frappe d’emblée, c’est la modernité des mots. Bien plus tard, les tiers-mondistes s’appuieront sur les mêmes thématiques, et un vocabulaire similaire sera utilisé. Tiers-mondistes et anticolonialistes divers auront l’impression d’innover. Pourquoi aura-t-il fallu autant de temps pour que ces mots ressortent et pourquoi cet oubli des années 30 ?

Lire la suite...

   

"Je n’ai jamais cru à la vérité définitive par la parole historienne" in Algérie News - Juin 2010

Benjamin Stora était à Alger samedi et dimanche derniers. L’historien a rencontré samedi 5 juin quelques-uns de ses lecteurs à la librairie du Tiers-Monde à l’occasion de la vente-dédicace de deux de ses ouvrages réédités à Alger par Sédia, Le Mystère De Gaulle, son choix pour l’Algérie et La gangrène et l’oubli, la mémoire de la guerre d’Algérie. Dimanche 6 juin, il était au Centre culturel français (CCF) pour une conférence-débat autour de son dernier livre. Une opportunité pour discuter à bâtons rompus avec lui de son actualité éditoriale algérienne et de questions relatives à ses travaux de recherche sur le fait colonial en Algérie.

entretien

 

Benjamin Stora parle des "Trois exils juifs d'Algérie" - in "Le Soir d’Algérie" - Mai 2008

"Les Trois exils juifs d'Algérie" est le nouveau livre de l'historien Benjamin Stora. Portrait de groupe sur une photo prise à la veille de la Première Guerre mondiale. Deux générations de français, «pas tout à fait comme les autres», disent par leur tenue vestimentaire le passage de l'Histoire. Les uns sont vêtus à l'indigène, comme on disait alors, les autres à l'européenne. Il s'agit de la famille maternelle de l'auteur et entre les deux générations le décret Crémieux du 24 octobre 1870 a accordé aux Juifs d'Algérie la nationalité française.

Lire la suite...

   

Pascal Bruckner-Benjamin Stora : contre l'oubli, la mémoire ou l'histoire in Le Figaro

LE FIGARO. - Les députés viennent de voter une loi pénalisant la négation du génocide arménien. Pourquoi dites-vous que la France, en creusant sa mémoire, s'adonne à un « dolorisme d'enfant gâté » ?

Pascal BRUCKNER. - En France, pendant plusieurs années, l'État s'est fait le dépositaire de la vérité historique. Il a fallu attendre 1995 pour que Chirac reconnaisse la réalité du gouvernement de Vichy, et 1999 pour que les événements survenus en Afrique du Nord soient appelés « guerre d'Algérie ». La loi de 2005 sur les bienfaits supposés de la colonisation, abolie depuis, appartient à ce même mouvement.

Lire la suite...

 

Débat Benjamin Stora - Max Gallo - L'identité nationale, c'est quoi ? in l'express, avril 2007

Ce thème a fait irruption dans la campagne. Qu'est-ce qui fonde le lien à la nation ou au contraire donne à certains le sentiment d'en être exclus? Max Gallo et Benjamin Stora s'expriment sur une question qui dépasse les polémiques électorales.

Les incidents de la gare du Nord ne sont-ils pas une nouvelle illustration de la fracture entre une partie de la nation, celle des quartiers sensibles et déshérités, et la France institutionnelle ?

 

Lire la suite...

   
Copyright © 2014 UP13. Tous droits réservés.