Présentation du laboratoire

Directrice : Anne Larue

Le CENEL, Centre d'Etude des Nouveaux Espaces Littéraires, est un centre de recherches en littérature française et comparée (EA - Equipe d'Accueil n°452). Anciennement Centre d'études francophones et comparées (CELFC), il se donne pour mission d'explorer de « nouveaux espaces littéraires », notion qui renvoie d'une part à la question des « littératures émergentes » et d'autre part à la remise en cause de la lecture patrimoniale de la littérature et des divisions traditionnelles que celle-ci entraîne.

Il y a dans toute oeuvre littéraire une part rebelle qui défie les classements de genre ou de culture. A partir de ce postulat, le centre a choisi d'étendre son domaine d'étude au-delà de la littérature contemporaine pour amorcer une reconfiguration de ce champ émergent à travers des questionnements novateurs. Le dépassement des catégories littéraires établies, qui compartimentent les études en « domaines de spécialité », rend nécessaire l'élaboration de nouveaux outils critiques susceptibles de faire apparaître les effets littéraires de textes dont l'ancrage et la vocation ne sont pas a priori littéraires.

 

Historique du CENEL

Lors de sa création en 1972 par Mme J.-L. Goré, le « Centre d'études francophones » (CEF) s'est donné pour mission de « développer la connaissance des pays d'expression française, et principalement celle de leurs aspects linguistiques, littéraires et socio- culturels ».

Très tôt le Centre s'est imposé comme une référence incontestée dans le domaine des études littéraires francophones, notamment par le biais de sa collection Itinéraires et Contacts de cultures.

Sous l'impulsion de Charles Bonn, puis de Jean-Louis Joubert, la dimension littéraire et comparatiste des travaux du Centre est devenue évidente. Rebaptisé « Centre d'études littéraires francophones et comparées » (CELFC), le Centre n'a cessé de s'interroger de façon de plus en plus précise sur la situation très particulière d'une littérature sortie de son berceau territorial d'origine, et traversée d'interférences culturelles et linguistiques.

Dans la décennie 1990, le Centre d'études littéraires francophones et comparées a axé sa recherche sur la construction d'une documentation systématique concernant la francophonie littéraire (constitution de la base de données LIMAG sur les littératures maghrébines, construite par Charles Bonn) ainsi que sur la réflexion méthodologique sur les littératures francophones, dont rendent compte les différents volumes de la revue du Centre, à l'époque intitulée Itinéraires et contacts de cultures.

Depuis, le Centre a élargi le champ de ses intérêts, en s'ouvrant grâce à Philippe Lejeune aux écritures de soi, désormais un axe historique du centre, mais aussi grâce à Jean Perrot, au domaine de la littérature de jeunesse, ce qui ouvre des perspectives renouvelées sur la conception de la littérature au tournant des 20e et 21e siècles.

En 2005, le « Centre d'études littéraires francophones et comparées » (CELFC) devient le Centre d'Étude des Nouveaux Espaces Littéraires (CENEL). L'exploration de ces Nouveaux Espaces à l'ère des humanités numériques a relancé le centre dans une dynamique de recherche à la fois géographique, générique et transdisciplinaire avec un fort ancrage dans le champ théorique. La revue devient en 2008 ITLC, Itinéraires. Littérature, textes, culture, pour marquer cette mutation.

Le 6 avril 2012, le CENEL vote en assemblée plénière sa fusion avec le CRIDAF et le CRESC pour former un grand laboratoire pluridisciplinaire Pléiade, dirigé par le Pr. Marie-José Michel. 

Copyright © 2014 CENEL. Tous droits réservés.